Résurrection de la danse METCHE ce week-end à Denkwop

 

Avant l’apparition des actes de naissance, le référentiel traditionnel d’évaluation de la longévité d’un individu, était la « COHORTE » de ceux qui sont nés à la même période que lui, c’est-à-dire les « GWAN – MEU’ » ou « SOUH’ TOM NTETOU ». L’on évaluait ainsi la LONGEVITE des personnes d’une même COHORTE et non leur AGE calendaire. Traditionnellement, lorsqu’une personne décède à DENKWOP, dans les chaumières, les analystes recensent les membres encore vivants de sa « cohorte de naissance » pour statuer sur la PREMATURITE ou NON de sa mort. La « Cohorte de naissance » ou « Clan d’âge » est ainsi un « puissant » instrument traditionnel de mesure de l’espérance de vie. Ici, on ne meurt pas JEUNE ou VIEUX par rapport à un âge calendaire précis, mais en fonction des « GWAN-MEU’ » encore vivants. Chaque cohorte de « GWAN-MEU » mène la vie sociale que DENKWOP attend d’elle, et lorsqu’elle atteint la « maturité traditionnelle » qui correspond à l’âge calendaire d’environ 60 ans, elle sollicite la « RETRAITE ». Chaque membre descend alors avec son dernier fagot de bois à la chefferie. Le CHAPEAU NOIR fait de fibres de paille que reçoit chaque « GWAN-MEU’ » est une sorte de « MEDAILLE DE LA MATURITE » qui matérialise au-delà de la « Retraite sociale », la célébration de la LONGEVITE des promus restés les « BOUSSOLES » de leur cohorte de naissance. Ce « CHAPEAU NOIR » est un signe de DIGNITE SOCIALE dont sont honorés de la même façon, tous ceux qui ont « VECU LONGTEMPS » dans leur cohorte de naissance, sans considération des titres de notabilité acquis ou hérités. En dansant ensemble le METCHE, les « GWAN-MEU’ » célèbrent la plus grande des richesses au sens traditionnel, à savoir la « LONGEVITE ». En raison des « TROUBLES », DENKWOP n’avait plus organisé depuis le début des années 60 ans cette « FETE DE LA LONGEVITE », le METCHE. Le Samedi 25 Mars 2017, une cérémonie mise en berne pendant plus de 50 ans a connu sa RESURRECTION. La fête était belle et sa Majesté FEZE HOMSI FRANCIS lui a conféré un éclat particulier, en assurant la présence effective de 12 Chefs Traditionnels. Ont dansé quatre « cohortes de naissance »


– Les GWAN-MEU’ « BENG GUEFOUO » (1939 -1940)
– Les GWAN-MEU’ « HOMFE » (1941 -1943)
– Les GWAN-MEU’ « FEPING » (1944 -1946)
– Les GWAN-MEU’ « NEFE» (1947 -1949)
Celui qui leur a « MIS » le CHAPEAU NOIR sur la tête et a conduit le samedi 25 Mars la danse METCHE sur la place du marché, en tenant un « ARBRE DE PAIX » dans chaque main, était le patriarche TAGNE BOUOPDA, qui appartient au GWAN-MEU’ (1925 -1929). Qu’il avait le pas alerte sous le poids de ses 90 ans et plus…

 

     

 

 

KOUG GANG

 

KENA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: